en suspens

en suspens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Interview de Paul Kagame

Aller en bas 
AuteurMessage
ibukafrance
Rang: Administrateur
ibukafrance

Nombre de messages : 3192
Localisation : Administrateur
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Interview de Paul Kagame   Dim 26 Nov - 8:47

KIGALI (Reuters) - Le président du Rwanda Paul Kagamé, qui vient de rompre ses relations diplomatiques avec la France, a accusé samedi des chefs militaires hutus rwandais, avec le soutien de la France, d'avoir assassiné l'ancien président Juvénal Habyarimana, événement à l'origine du massacre de 800.000 personnes en 1994.
Dans une interview à Reuters, le chef de l'Etat accuse également la France d'héberger d'anciens responsables gouvernementaux rwandais qui, selon lui, ont organisé le génocide des Tutsis et des Hutus modérés, cette année-là.
Le Rwanda a rompu ses relations diplomatiques avec la France vendredi, quatre jours après la décision du juge d'instruction français Jean-Louis Bruguière de mettre en cause Kagamé et neuf de ses proches dans l'attentat en avril 1994 contre l'avion de Habyarimana. Le ministère français des Affaires étrangères a déploré cette décision de Kigali et dit prendre "toutes les dispositions nécessaires".
Dans l'interview, Kagamé, qui par moments ne cachait pas sa colère, a déclaré que "Le TPIR (Tribunal pénal international sur le Rwanda) dispose de renseignements désignant les personnes responsables de l'attentat contre l'avion de Habyarimana, et il s'agit d'extrémistes hutus, dont certains officiers supérieurs du gouvernement en place, qui bénéficiaient du soutien de la France".
Il a rappelé le fait que la presse, en 1994, avait fait état de projets d'assassinat d'Habyarimana émanant du propre camp de ce dernier, et a accusé les soldats français et des gardes présidentiels d'avoir empêché l'Onu d'accéder, à des fins d'enquête, au site de la chute de l'avion.
KAGAMÉ VISE LA VEUVE DE HABYARIMANA
"Tout cela est éludé et le Front patriotique rwandais (FPR, alors groupe rebelle tutsi de Kagamé) est tenu responsable. Les Français savent qui a abattu l'avion. Ce doit être eux qui en sont responsables", accuse Kagamé dans l'interview.
Kigali accuse la veuve de Habyarimana, Agathe, d'être la fondatrice d'Akazu, petit mais puissant cercle de familles hutues qui, selon l'actuel pouvoir rwandais, a organisé l'extermination des Tutsis. Kigali cherche de longue date à traduire en justice Agathe Habyarimana pour son rôle présumé dans le génocide.
"Ils (les Français) hébergent Agathe Habyarimana, dont le témoignage est exploité par le juge, et pourtant c'est une criminelle", a déclaré Kagamé, ajoutant que plusieurs anciens responsables gouvernementaux rwandais, également recherchés par la justice rwandaise, ont trouvé eux aussi refuge en France.
Dans une autre interview, diffusée samedi sur I-Télé, Kagamé affirme que "La France est impliquée dans le génocide, il n'y a aucun doute là-dessus".
Le juge Bruguière a émis neuf mandats d'arrêt internationaux et pour Paul Kagamé - qui en tant que chef d'Etat ne peut pas être jugé par des juridictions ordinaires françaises - a demandé à l'Onu de le poursuivre devant le TPIR.
Le président rwandais, dans l'interview diffusée par I-Télé, ajoute que "personne ne peut avoir de doute. Sur l'étendue, sur les degrés d'implication, les personnes impliquées, la manière dont les institutions françaises sont impliquées".
"Les puissants ont raison. La France est un pays riche. C'est une super-puissance donc elle pense qu'elle a toujours raison, même quand elle a tort", dit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ibukafrance
Rang: Administrateur
ibukafrance

Nombre de messages : 3192
Localisation : Administrateur
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Interview de Paul Kagame   Mar 28 Nov - 8:45

La France "ne veut pas voir le Rwanda se développer", Kagame
AFP 27.11.06 | 21h53

Le président du Rwanda Paul Kagame, a estimé dans un entretien diffusé par la télévision nationale rwandaise lundi soir que la France, avec laquelle son pays a rompu vendredi toutes relations diplomatiques, "ne veut pas voir le Rwanda se développer".

"Le Rwanda va beaucoup mieux qu'il n'a jamais été dans son histoire, nous avons reconstruit l'économie, favorisé la réconciliation, l'éducation, reconstruit l'administration, la santé, posé les fondations du développement", a déclaré le président Kagame au cours de cet entretien centré sur la crise diplomatique actuelle avec la France.

"Certains ennemis ne sont pas heureux de ça. Les Français ne veulent pas nous voir nous développer. Leur seul objectif est de nous faire reculer. Mais nous avons fait ce qui est humainement possible", a-t-il ajouté.

Le Rwanda a rompu ses relations diplomatiques avec la France après que le juge français Jean-Louis Bruguière eut réclamé des poursuites contre le président rwandais Paul Kagame et émis des mandats d'arrêt contre neuf de ses proches. Les derniers diplomates et fonctionnaires français en poste au Rwanda ont quitté le pays lundi soir.

En France, "le parquet, le gouvernement, le juge (Bruguière) sont en faute", a répété le président rwandais à plusieurs reprises estimant que le parquet avait accepté les mandats d'arrêt "sans aucun fondement".

M. Kagame a critiqué la "manière" dont le juge Bruguière a établi son rapport, "les juges sont supposés être indépendants", a-t-il souligné estimant que "la France fait un mauvais usage de ses institutions".

Une commission d'enquête rwandaise a été créée en avril sur le rôle controversé de la France dans le génocide mené par les extrêmistes Hutu entre avril et juillet 1994, qui avait fait entre 800.000 et un million de morts, majoritairement Tutsis.

La France est régulièrement accusée par l'actuel régime rwandais, dirigé par la minorité tutsie, d'avoir entraîné et armé les responsables du génocide avant les massacres.

Selon M. Kagame, le dossier du juge Bruguière n'est pas étayé par "des faits ou des preuves". Pour lui, "les gens ont tout faux quand ils associent l'attentat contre l'avion (de M. Habyarimana) à la cause du génocide".

"Les massacres ont commencé en 1959 (date de l'indépendance du Rwanda, ancienne colonie belge)", a-t-il rappelé annonçant que la commission "va sortir des éléments sur l'attentat contre cet avion, qui implique des Français: les pilotes, les soldats qui gardaient l'aéroport".

Le rapport Bruguière est basé "sur des faussetés, mais nos juges peuvent poursuivrent également des responsables français sur la base de faits et de preuves", a-t-il dit.

Dans une ordonnance envoyée au parquet, M. Bruguière avait recommandé des poursuites contre le président Kagame devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), pour sa "participation présumée" à l'attentat contre l'avion présidentiel le 6 avril 1994. M. Kagame a toujours nié toute implication dans l'attentat.

"Pourquoi devrait-on me questionner sur l'avion abattu? C'est leur responsabilité", a demandé M. Kagame, rappelant que des troupes françaises et belges, ainsi que Ces casques bleus de l'Onu se trouvaient à l'époque à Kigali.

"Pour nous cette question n'était pas une priorité. Notre priorité était de reconstruire le Rwanda. Pourquoi cette question n'a pas été celle des Nations unies, et des Français eux-mêmes qui en parlent seulement maintenant douze ans après les faits. La France a eu un rôle direct dans le génocide", a-t-il déclaré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Interview de Paul Kagame
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» INTERVIEW:OUAZIB.....SUITE...INTERET GENERAL....
» Intéressante interview d'Immanuel Wallerstein...
» le cours de l'argent métal se décorrèle enfin de celui de l'or / Adrian Douglas
» Fekete / lettre ouverte à Paul Volcker
» étude sur le marché de l'or / Erste Group bank

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
en suspens :: INFORMATIONS Rwandaises-
Sauter vers: